Requiem de Verdi

Version de Terezin

gallery/juste tête
gallery/art et humanisme

Rafael Schächter (1905 - 1944)

 

 

Rafael Schächter naît en Roumanie en 1905.

A Brno puis à Prague, il se forme à la musique, notamment au piano et à la direction.

 

A 32 ans, il fonde son propre orchestre (un orchestre d' "Opéra de chambre"), mais est vite

contraint par les nazis, étant d'origine juive, de réduire ses activités musicales.

 

Déporté au camp de Terezin à la fin de l'année 1941, il y organise des concerts,

soit sous la contrainte, soit pour oublier et faire oublier les conditions terribles de détention

et le sort qui attend les prisonniers, Theresienstadt constituant pour les déportés une ultime

étape avant Auschwitz. Les survivants de Terezin estiment que Schächter parvint, par la

vie culturelle intense dont il faut l'instigateur dans le camp en général et par la musique

en particulier, à donner à leur vie un semblant d'humanité et à maintenir en eux l'espoir et

l'envie de survivre. 

 

Schächter parvint à monter plusieurs specacles, dont des opéras de Mozart (La Flûte enchantée et Les Noces de Figaro), de même qu'une version écourtée du Requiem de Verdi en septembre 1943. Les Nazis déporèrent et gazèrent régulièrement les choristes, Schächter étant contraint à chaque fois de reconstituer un choeur pour pouvoir remonter l'oeuvre à la demande de ses bourreaux - ce qu'il parvint à faire jusqu'en juin 1944. L'une des reprépsentations eut lieu à l’occasion d’une visite de la commission du Comité international de la Croix-Rouge, le 23 juin 1944, en présence d'Adolf Eichmann.

 

                                                               

     

 

      

                                                           

 

                                                             

 

                                                               A l'automne 1944, Rafael Schächter fut déporté à Auschwitz. Les conditions de sa mort                                                                         n'ont pas été éclairées : il mourut soit dans une chambre à gaz, soit lors des                                                                                          "marches de la mort", alors que le camp d'Auschwitz était évacué en 1945.

          

 

                                                              L'épopée tragique de Rafael Schächter est racontée dans un documentaire paru en 2012 :                                                                    Defiant Requiem, réalisé par Doug Shultz. Plusieurs rescapés du choeur de Schächter, ayant                                                                chanté dans le Requiem, prennent la parole dans ce documentaire, dont voici la bande                                                                          annonce :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                              Seule photographie connue d'une exécution du Requiem de Terezin, ici donné, pour la dernière fois, le 23 juin 1944. Rafael Schächetr dirige le choeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

gallery/drequiem
gallery/rafael_schachter
gallery/rafael schächter
gallery/execution du requiem
gallery/répétition